Capture d_écran 2017-11-10 à 20.32.54

COLLOQUE INTERNATIONAL / ESAD ORLÉANS
Jeudi
9 et Vendredi 10 Novembre 2017

Le colloque international « Les écologies du numérique » est organisé par l’École Supérieure d’Art et de Design d’Orléans. Il constitue l’événement inaugural des activités de l’Unité de Recherche ÉCOLAB (labellisée par le Ministère de la Culture et de la Communication) spécialisée dans l’étude et l’expérimentation des questions écologiques et numériques dans le domaine du design.

PRÉSENTATION

L’enjeu fondamental du colloque international « Les écologies du numérique » est d’interroger les conditions et les modalités d’une approche « écologique » du numérique à travers les pratiques contemporaines du design. Il repose sur l’idée que l’écologie est irréductible à l’étude et à la protection de la nature, et qu’elle doit par conséquent se comprendre au sens large comme une approche relationnelle, dynamique et complexe pouvant s’appliquer aux milieux artificiels et en particulier au milieu numérique devenu aujourd’hui le milieu associé de nos existences.

Dans ce colloque, il sera non seulement question de ce que le numérique fait au design mais surtout de ce que le design peut faire du numérique et au numérique pour qu’il puisse être moins destructeur pour la nature comme pour l’esprit, pour les choses comme pour les milieux sans lesquels il n’y a pas de création possible ni d’existence digne et vertueuse pour le collectif humain.

Pour initier cette première réflexion sur les « écologies du numérique » dans le domaine du design, plusieurs axes sont proposés sans qu’ils ne soient considérés comme isolés les uns des autres puisqu’ils sont corrélés dans les faits et doivent être pensés en synergie. C’est la compréhension de l’effet de leur interaction qui est finalement visé, mais leur distinction permet de montrer que chaque axe définit un écosystème spécifique qui mérite une étude particulière par la complexité qu’il révèle déjà. Chaque axe présente donc une série de thématiques que le colloque pourra investir et interroger par la voie conceptuelle et par la voie pratique de la création en design.

AXES

1) ÉCOLOGIE MATÉRIELLE : RESSOURCES, RISQUES ET ALTERNATIVES

L’écologie matérielle concerne plusieurs aspects propres aux pratiques de design, qu’elles soient des pratiques de design produit ou des pratiques de design graphique. Elle met en relation l’exploitation des ressources, la dépense d’énergie, le stockage et les déchets produits par l’ensemble du cycle de vie des produits comme des flux de données. La perception du risque écologique a transformé les méthodes de conception et de production, tout comme elle implique une nouvelle manière d’interroger les usages en incitant à élaborer des alternatives ; elle appelle aussi une interrogation sur les modes de représentation du risque pour le designer et pour l’usager.

– produits : extraction et transformation des ressources (terres rares, métaux précieux, plastiques) ; énergie d’alimentation et de stockage pour l’utilisation ; stockage des données ; traitement et élimination des déchets.

– infrastructures : réseaux électriques, optiques, hertziens et satellitaires pour le transport d’énergie et de données ; data centers et climatisation

– méthodes : écoconception ; écomatériaux ; recyclage ; économie circulaire ; Technologies Numériques de l’Information et de la Communication « vertes »

2) ÉCOLOGIE PSYCHIQUE : CAPTURE DE L’ESPRIT ET DESIGN DU SAVOIR

L’écologie psychique concerne l’effet du numérique sur les esprits humains, lequel transforme la perception, l’apprentissage, l’attention, la connaissance, mais aussi l’identité et la présence, donc l’ensemble de la personnalité des individus comme des groupes. Le design graphique est particulièrement impliqué dans ses problématiques par la conception des interfaces, par le design d’information et la visualisation de données, par les usages interactifs et transmédiaux des interfaces, par les nouveaux modes éditoriaux.

– perception : interaction entre numérique et sensibilité (synaptogenèse et organogenèse); perception instrumentée ; perception augmentée (VR)

– apprentissage : image et langage ; simulation ; supports interactifs d’apprentissage ; serious games

– attention : attention profonde et hyperstimulation affective ; économie vs écologie de l’attention ; exploitation du désir (playbor)

– connaissance : signal, information, connaissance ; design informationnel ; lecture analogique vs lecture numérique ; machines à lire, à traduire, à interpréter ; automates algorithmiques ; hypertextualité ; hypericonicité ; participation ; connaissance contributive (wiki)

– identité : traçabilité des comportements off line et on line ; externalisation de l’identité (identité déclarée, agissante et calculée) ; identités multiples (avatars, hétéronymat, vol d’identité)

– présence : mobilité et présence ubiquitaire

3) ÉCOLOGIE SOCIALE : TRANSFORMATIONS DE L’IDENTITÉ ET DES ÉCHANGES

L’écologie sociale concerne la transformation des relations interindividuelles et les nouveaux modes d’insertion, de référencement, d’appartenance, d’amitié et d’échange engendrés par la nouvelle socialité numérique. Il est autant question des nouvelles formes de rencontre, d’alliance, d’appariement, de dialogue, de collaboration que des nouvelles formes de contrôle, de dissociation, d’affrontement, d’exclusion et d’isolement ou encore des nouvelles formes de travail et d’économie.

– performance sociale et réseaux sociaux numériques
– marketing des communautés (community management)
– participation et création collective
– économie de l’attention et contrôle des communautés
– travail du consommateur ; free labor
– économies alternatives : économie circulaire ; économie de la fonctionnalité ; économie conviviale ; économie contributive ; économie du don et du troc

4) ÉCOLOGIE POLITIQUE : NOUVELLES FORMES D’EXPLOITATION ET DE LUTTE

L’écologie politique examine les nouvelles formes d’exploitation et de lutte issues de la réticulation numérique des savoirs et des motivations permises par le web et les réseaux sociaux. Plus précisément, elle concerne autant la réactivation des utopies socialistes et communautaires historiques que les nouvelles formes de transfert de la production et de la responsabilité aux consommateurs, ou encore les enjeux temporels et spatiaux des luttes entre off line et on line.

– mondialisation des théories critiques (post-colonial, post-féministe, post-partisan)
– nouveaux militantismes
– réappropriation des données personnelles (Louise Merzeau)
– contrôle (Yann Moulier-Boutang)
– travail gratuit
– gouvernementalité algorithmique (Rouvroy)
– démocratie et Internet (Cardon)
– éthique : biocentrisme, écocentrisme, déontologie

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Jacqueline Febvre (Directrice de l’ÉSAD Orléans), Ludovic Duhem (Philosophe, Responsable de la recherche – ÉSAD Orléans), Emmanuel Cyriaque (Éditeur, Coordinateur DVG – ÉSAD Orléans), Gunther Ludwig (Historien de l’art, ÉSAD Orléans), Caroline Kassimo-Zahnd (Designer multimedia, ÉSAD Orléans), Franck Cormerais (Université de Bordeaux-Montaigne III), Fabrice Flipo (Institut Mines-Telecom)

PROGRAMME

JEUDI 9 Novembre

Lieu : Centre International Universitaire pour la Recherche (Hôtel Dupaloup, salle de Lecture)

MATIN

9h – Accueil (café)

9h30 – Mot de bienvenue de Jacqueline FEBVRE

Directrice de l’ÉSAD Orléans

9h45 Introduction – Ludovic DUHEM
Responsable de la recherche ÉSAD Orléans
Directeur scientifique ÉCOLAB

AXE 1 ÉCOLOGIE MATÉRIELLE : RESSOURCES, RISQUES ET ALTERNATIVES

10h – Victor PETIT, Philosophe (chercheur associé UTC-COSTECH, École Supérieure de Design de Troyes)

Comment parler de transition écologique et numérique ?

10h45 – Discussion

11h – Pause

11h15 – Gilles CHARIGNON, Architecte (GCA)

Un Data Center de nouvelle génération, une approche conceptuelle globale de qualité environnementale

11h45 – Sébastien BOURBONNAIS, Architecte (ENSAPLV)

Les cadences de l’algorithme. Nouvelle rythmique de la conception architecturale

​12h15 – Emmanuel GUEZ, Artiste et philosophe des médias (PAMAL, ESA Avignon)

Écologie post-muséale des œuvres média-techniques

12h45 – Discussion générale

13h15 – Déjeuner

APRÈS-MIDI

AXE 2 ÉCOLOGIE PSYCHIQUE : CAPTURE DE L’ESPRIT ET DESIGN DU SAVOIR

14h30 –  Dominique CARDON, Sociologue (SciencesPo Paris)

Web génératif ou web extractif ? Remarques sur l’évolution des mondes numériques

​15h15 – Discussion

15h30 – Carola MOUJAN, Designer et chercheure (ESBA TALM, École Camondo)

Le design de la distraction

Pause

16h – Igor GALLIGO, Philosophe (EHESS)

Écologie de l’attention et organogenèse de la catégorisation, l’avenir de l’esthétique

16h30 – Salomé FREMINEUR, Philosophe (ULB)

Le numérique comme langage : d’une intrication et d’un écart

17h – Discussion générale

17h30 Pause

17h45 – Diffusion du film “Milieu” (2015) de Damien FAURE (Hôtel Dupanloup, salle des colloques)

18h45 – Discussion avec le réalisateur

19h Clôture jour 1

VENDREDI 10 Novembre

Lieu : Centre International Universitaire pour la Recherche (Hôtel Dupaloup, salle de Lecture)

MATIN

9h – Accueil (café)

9h30 – Synthèse jour 1 – Ludovic DUHEM

AXE 3 ÉCOLOGIE SOCIALE : TRANSFORMATION DE L’IDENTITÉ ET DES ÉCHANGES

10h – Jean-Paul FOURMENTRAUX, Sociologue (Université Aix-Marseille, EHESS-Centre Norbert Élias)

Art (numérique) et écologie politique

10h45 – Discussion

11h – Pause

11h15 – Thomas CHENESEAU, Artiste multimedia et commissaire d’exposition (École de design de Nouvelle Aquitaine / Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Le réseau comme seconde nature: redéfinition de l’identité dans la condition post-numérique, exposition Unlike

11h45 – Florian HARMAND, Ingénieur et chercheur en design (Université de Bordeaux)

Trahison et repentir du dispositif : vers une éthique de la conception

12h15 –  Frédéric PASCAL, Philosophe et entrepreneur numérique/santé (CIDES-MSH Paris Nord), Alexandre MONNIN , Philosophe (Origens MediaLab, ESC Clermont)

L’innovation technologique et l’ambivalence des communs

12h45 – Discussion générale

13h15 – Déjeuner

APRÈS-MIDI

AXE 4 ÉCOLOGIE POLITIQUE : NOUVELLES FORMES D’EXPLOITATION ET DE LUTTE

14h30 – Patrice FICHLY, Sociologue (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

Les nouvelles frontières du travail numérique

15h15 – Discussion

15h30 – Julie BLANC, Étudiante-chercheure (ENSADLab), Antoine FAUCHIÉ, Chercheur en sciences de l’information (IUT2 Grenoble, ENSSIB)

(Re)penser la chaîne de publication : soutenabilité et émancipation

Pause

16h – Anthony MASURE, Chercheur en design graphique (Université de Toulouse)

Écologie de l’attention  et design des environnements numériques : vers une politique des filtres ?

16h30 – Benjamin GAULON, Artiste multimedia et professeur en design (Parsons School Paris)

Hardware hacking and recycling strategies in an age of technological obsolescence

17h – Discussion générale

18h Clôture du colloque