« Tout en effet, laisse à penser que la tendance  « expressiviste » qui conduit les personnes à afficher de plus en plus d’éléments de leur identité personnelle sur le Web n’est pas prêt de s’éteindre. Aussi est-il nécessaire de comprendre les ressorts sociaux, culturels et psychologiques de ce phénomène, car l’exposition de soi ne signifie pas un renoncement au contrôle de son image. Elle témoigne, au contraire, d’une volonté que l’on pourrait presque dire stratégique d’agir sur les autres en affichant et en masquant certains traits son identité. Ce paradoxe est au cœur des débats sur la Privacy dans le Web 2.0. » L’identité comme stratégie relationnelle par Dominique Cardon, Revue Hermès n°53, traçabilité et réseau, 2009.

« Lorsqu’avec d’autres chercheurs nous avons commencé à travailler sur les cultures numériques, nous avons d’abord célébré la disparition des frontières, une certaine forme de liberté, ou de sérendipité. À cette époque, la question d’identité numérique ne posait pas du tout de la même façon. Aujourd’hui, cette notion renvoie davantage aux problèmes de la gestion des identités au travers des grandes plates-formes numériques. La gestion des profils utilisateurs par exemple : on pensera au mouvement qui insiste sur la nécessité d’éviter l’anonymat ou le pseudo-anonymat afin d’imposer une certaine similarité ou ressemblance entre la soi-disant identité classique et l’identité numérique. Alors que les premières études sur l’identité numérique mettraient davantage l’accent sur la dimension polyphonique et libre de l’identité, aujourd’hui les débats se tournent vers le dilemme du formatage et de la traçabilité des identités, questions qui n’étaient pas aussi vives à l’époque, il y a une dizaine d’années. » L’identité à l’ère des digital humanities, Milad Doueihi, Entretien avec Jean Paul Fourmentraux, 7 juillet 2014 (p.34) dans Identités numériques. Expressions et traçabilité, Les essentiels d’Hermès, CNRS édition.

Ateliers et actions réalisés

  • Loudun, lycée Guy Chauvet (CAV) classes de seconde, première et terminale, réseaux sociaux et identité numérique, 54 élèves, 9 octobre 2015
  • Parthenay, lycée général Ernest Pérochon, quatre classes de seconde, cours d’anglais avec Sarah Kanele et Séverine Groussard, atelier selfie, 104 élèves, octobre 2015
  • Poitiers, « Do not track » au Planétarium de Poitiers dans le cadre du 5e forum citoyen : Armer les citoyens pour faire face à l’extension du numérique. Maxime Quintard, Upian société de production interactive et Hervé Jolly, enseignant à l’École européenne supérieure de l’image (EESI), samedi 28 novembre, 26 personnes
  • Poitiers, atelier écriture et réseaux sociaux. Atelier de réalisation d’un projet artistique partagé avec le collectif Or Normes (Poitiers). Projet organisé dans le cadre du projet « Réseaux sociaux et identité numérique » mis en œuvre par le Lieu multiple avec le soutien de la DRAC Poitou-Charentes, vendredi 27 novembre, 8 personnes
  • Montmorillon, lycée professionnel agricole, une classe de terminale et une classe d’apprentis Bepa du CAF, atelier selfie, identité numérique et culture numérique, cours d’ESC de Margo Duval et de français de Isabelle Bobiet, 22 + 21 élèves, 7 et 14 décembre 2015
  • Poitiers-Chasseneuil, lycée innovant LP2I, deux classes de seconde et première L en cours d’Arts plastiques de Martine Marcuzzi, 42 élèves, 12 janvier 2016
  • Poitiers, université des sciences humaines, cours de Master 2 EsDoc en Science de l’information et de communication, sur le projet de médiation, les partenariats et le Lieu Multiple, 8 étudiants, 15 janvier 2016
  • Ces ateliers donnent lieu à une exposition de selfies concernant plus de 300 élèves. Les œuvres réalisées seront exposées dans l’Art Cella – Espace d’art contemporain de l’Atelier Canopé de Poitiers 4, rue Saint-Catherine en parallèle à l’exposition « Unlike », du 2 au 26 février 2016
  • Venours, Rurart, centre d’art contemporain
  • La Rochelle, médiathèque, ateliers booktube
  • Poitiers, lycée de Kyoto
  • IDENTITENUM
    Présentation par Patrick Tréguer
    . Histoire du web de sa naisance en 1993 aux enjeux du World Life Web
    . Tracking et autres cookies, une question de traces et de tracabilité
    . Outils pour savoir qui et quoi nous piste
    . Identité numérique : extériorisation de soi et simulation de soi
    . Les selfies un sujet polémique, mais néanmoins créatif
    . Histoire du selfie (de Van eyck à Eminem, en passant par les Photomaton)
    . Booktubing et booktuber ; la vidéo en ligne au service du livre et de la lecture

Direction des ateliers

Laure Boyer est docteur en histoire de l’art contemporain / master en documentation et en science de l’information et de la communication / documentaliste en lycée/ médiatrice en information littératie. Elle travaille sur le numérique éducatif et l’identité numérique chez les jeunes. Veille documentaire sur l’information littératie. Chargée de la médiation sur le projet Unlike, éducation aux médias et à l’information, Réseaux sociaux et identité numérique – le Lieu multiple – Drac Poitou-Charentes, 2015-2016. Chargé de diffusion et community manager pour le Consortium (Poitiers) – exposition La carte du tendre d’Alexandra Pouzet, septembre-décembre 2015 au niveau international. Chargée de projet pour la réalisation de kits pédagogiques pour le Réseau Canopé, direction de la recherche et du développement sur les usages du numérique éducatif.
unlikeselfie.tumblr.com/

Autres Ressources

  • Présentation pédagogique de Laure Boyer
  • Vidéo et réseaux sociaux, Prezi de Patrick Treguer
  • L’exposition des ‪#‎selfies‬ des élèves est prête; 150 photos à voir jusqu’au 26 février atelier Canopé Poitiers. Mise en forme et organisée par Laure Boyer dans le cadre du projet “réseau sociaux et identité numérique” et en complémentarité à Unlike.

SELFIE04

SELFIE_UNLIKE01 SELFIE_UNLIKE03 SELFIE_UNLIKE02